E. au cas où

dimanche 7 octobre 2012, par Jean-Marc Undriener


( — de secours, parce qu’on ne sait jamais

JPEG
JPEG
JPEG

  • un gilet — parce qu’il fait froid le matin & l’après-midi, chaud pour la saison.
  • des lunettes de soleil — parce que c’est couvert le matin & que l’après-midi, la lumière fait mal aux yeux.
  • des sacs en plastique — parce qu’il y a toujours quelque chose dedans le matin & toujours quelque chose à mettre dedans le soir. parfois rien. peu importe. les sacs restent. d’autres s’ajoutent. ça tourne. on ne sait jamais.




    JPEG
    JPEG
    JPEG
    JPEG
  • un téléphone — parce que peut-être que celui qui se trouve dans la poche en permanence va lâcher. comme ça. pour rien. c’est un vieux Samsung. un Player Style One. un tactile de première génération. une antiquité inutilisable. d’autant que la batterie est sans aucun doute déchargée, depuis le temps qu’il traîne là.
  • une batterie EN-EL11 pour l’appareil photo — parce que peut-être que celle qui est déjà dans l’appareil va lâcher, comme ça. alors que justement. alors que.
  • un chargeur pour batterie EN-EL11 — parce que peut-être que celle qui est déjà dans l’appareil va se décharger, comme ça & que celle qui est dans la boîte, & qui est pleine, elle aussi va se décharger. on ne sait jamais.
  • une housse pour l’appareil photo — parce que rien. il est plus souvent dehors que dedans. mais —
  • une carte SD — parce que peut-être celle qui se trouve déjà dans l’appareil va lâcher, ou se remplir subitement, ou se vider subitement. s’auto-formater. on ne sait jamais. parce que peut-être. peut-être qu’à ce stade, c’est plus de la névrose que de la prévoyance — pas à ça près.
  • un chargeur pour le téléphone — parce que. oui. il est chargé en permanence. & oui. on a une batterie de secours. mais dans la poche de la veste. parce qu’. on ne sait jamais. si on perd le cartable. si on vole le cartable. si on oublie le cartable & que la batterie se décharge subitement. comme ça. alors que — voilà. une névrose.
  • une paire d’intra-auriculaires — parce que rien. parce qu’on a en permanence un casque autour du cou. on vit avec de la musique dans les oreilles, & quand il n’y a pas de musique dans les oreilles c’est qu’elle est déjà dans la tête en attente de — & qu’on ne sait jamais. peut-être que le casque — comme le reste. on ne sait jamais




    JPEG
    JPEG
  • une pharmacie dont le contenu est probablement périmé depuis, mais. parce que — pas besoin de développer. il faut. on sait qu’il faut. il faut ça. tout ça. & puis on ne sait jamais.
  • deux chéquiers — parce que l’un ne m’appartient pas & que l’autre ne sert jamais. il faut donc les deux.


***


& puis. il y a encore tellement d’inventaires à faire, de ventres à ouvrir pour vérifier si on y est bien. de listes à compiler avant la mort, qui n’intéressent personne. alors pourquoi. si on commence on ne s’arrêtera pas. pourtant. il faut bien que ça cesse. c’est alors à suivre. ou pas.











CONNEXION